VIE POLITIQUEIntégration dans l'armée 1000 ex-combattants à la place des élèves officiers et sous-officiers des Eaux et forêts

FRCI

Intégration dans l'armée 1000 ex-combattants à la place des élèves officiers et sous-officiers des Eaux et forêts

Un grand rassemblement prévu lundi prochain au Plateau
par Sebastien Kouassi | Publié le 27/1/2013 à 0:0 | source : L'inter
Une vue de la table de séance, lors de la conférence de presse du collectif des élèves officiers et sous-officiers des Eaux et forêts. (photo SK)

Ils sont près de 867 élèves ingénieurs, officiers et sous-officiers des Eaux et forêts des promotions 2009 à 2012 qui, après leur formation à l'école de faune et des aires protégées de Bouaflé (EFAP), l'école de spécialisation en foresterie du Banco (ESFB), l'Institut national de formation professionnelle agricole(Infpa), l'école supérieure d'agronomie (ESA), l'Institut national polytechnique Houphouet-Boigny (INP-HB), sont actuellement sans emploi faute d'avoir intégré leurs différents corps d'armée.

A l'origine de leur infortune, un concours d’intégration de la Fonction publique. Et pour ne pas que les choses s'arrangent pour eux, il est désormais fait état de près de 1000 ex-combattants qui doivent aussi intégrer les mêmes corps d'armée. Cette situation d'injustice est décriée par ces élèves officiers et sous-officiers des Eaux et forêts qui ont, à l'occasion, organisé une conférence de presse le week-end dernier à l'institut Sacré-coeur d'Adjamé.

Regroupés au sein d'un collectif, ces derniers ont par la voix de Mlle Koné Malicka, vice-présidente dudit collectif, lu une déclaration pour marquer leur indignation. Il est ensuite revenu au président du collectif, Ouattara Zié Lancina , d'expliquer à la presse cette situation d'infortune. « Nous avons mené toutes sortes d'actions pour attirer l'attention des autorités. Mais jusqu'ici, rien n'est fait pour arranger notre situation. Nous avons rencontré la Primature, l'Assemblée nationale, la Grande Médiature, nous avons même organisé un rassemblement au parking de la présidence de la République mais rien n'y fit. On nous parle de 1000ex-combattants à intégrer. Nous ne sommes pas contre mais il faut aussi prendre en compte nos différentes promotions déjà formées. Il faut, pour éviter un concours d'intégration, construire désormais une école spécialisée », a fait savoir Ouattara Zié Lancina. Aujourd'hui, les élèves officiers et sous-officiers qui ont enregistré déjà 04 décès dans leurs rangs, appellent le chef de l'Etat au secours. Pour faire savoir leur cause à l'opinion nationale et internationale, ils prévoient un grand rassemblement de toutes les promotions le lundi 28 janvier prochain devant les locaux de la Fonction publique. Affaire à suivre.

 

Sébastien Kouassi